Voilà noël qui approche à grands pas cette fois… Tout autour de nous les sapins commencent à apparaître, les guirlandes à s’allumer, les décorations à être joliment disposées … Toutes ces lumières qu’on perçoit derrière les fenêtres des maisons alors que notre tristesse est si profonde et que l’on se sent tout particulièrement vulnérable, en ressentant un profond décalage…

Décembre… Cette période n’est jamais facile à traverser lorsque nous avons perdu un proche. Comment se préparer à ce temps des fêtes qui arrive alors que nous sommes si loin de l’esprit de celles-ci ? C’est comme si l’approche de ces jours festifs nous faisait chuter à nouveau alors que parfois nous avancions plus paisiblement sur notre chemin…

Et si les fêtes de fin d’année étaient pour nous l’occasion d’observer attentivement notre lumière intérieure et de prendre le temps de nous relier à elle ? Car oui, elle existe toujours malgrè tout, elle est bien là, enfouie profondément en nous… Alors pourquoi ne pas se poser le temps d’un instant et regarder avec attention ce qui se passe en nous, en ce moment ? Oser accueillir cette peine immense et s’interroger : cette boule que nous ressentons juste là, qui monte à l’approche du repas de noël par exemple, répond-elle à une angoisse, une colère ? Pourrions-nous l’imaginer avec une couleur particulière, une taille ? Que nous inspire cette famille si joyeuse réunie autour d’une même table alors que nous sommes en deuil ? Avons-nous envie de participer ou, au contraire, de nous éloigner ? Ecoutons-nous enfin.

Ajoutées au deuil, d’anciennes blessures ressortent très souvent lors de ces repas de famille que certains appréhendent tant. Les fêtes de fin d’année sont des dates qui peuvent donc venir violement bouleverser ce travail du deuil. Surtout lorsqu’il s’agit d’un premier noël sans notre proche… Il y a un tel décalage entre l’esprit festif qui règne et la douleur de l’absence. Vivre un deuil pendant ces fêtes est souvent synonyme d’isolement. On peut ressentir de la peur à l’idée de s’effondrer devant tout le monde, de pleurer.

Si vous êtes celle, ou celui, qui organisait tout jusqu’à présent, peut-être est-il temps de modifier temporairement l’organisation familiale durant cette période ? De dire ce que vous aimeriez ou comment vous souhaiteriez mettre en place les choses cette année. Vous pouvez également décider de vous laissez porter par les autres et restez loin des fourneaux. Passez du côté de ceux qui se font servir pour une fois …

Laissez s’exprimer vos émotions. Imaginez une nouvelle tradition pour noël si vous sentez que cela peut vous porter. Les traditions sont faites pour être bousculer ! Et pourquoi ne pas déposer une photo de l’absent(e) près de vous et l’accompagner d’une petite bougie ? Faites le choix d’oser parler de lui/elle, tous ensemble, levez votre verre à ses souvenirs, pleurez ensemble. Personnellement, j’ai créé ce rituel depuis plusieurs années : une jolie boule de noël translucide que j’accroche dans le sapin en mémoire de tous les absents. Je note le prénom de chacun d’entre eux sur des morceaux de papier et les glisses à l’intérieur…Comme un clin d’oeil, un hommage : ils sont bien là, à nos côtés… Toujours.

N’hésitez pas à faire le petit exercice de la Bulle magique de relaxation (vous pouvez le téléchargez gratuitement sur la partie boutique) pour changer votre regard sur ce que vous appréhendez.

Categories: Deuil